Partagez ce site :

Site Officiel de la Mairie de Faverolles en Berry

Autres Lieux Historiques

Partagez cette page :

Lieux interdits au public


Des lieux marquants à Faverolles en Berry

Découvrez ces lieux : la Pinolière, la Paucadière, La Châtaignière, le Breuil, les Roches, les Péguets


Plus d'informations :


La Pinolière

Ce fief qui relevait de Saint-Aignan, comprenait un bâtiment entouré de douves et une porte surmontée d’un écusson. En 1635, elle était habitée par Louis de Marolles, dont la famille était alliée à celle des de Menou. Un des de Marolles, Michel de Marolles était abbé de Villeloin (1641 - 1657), abbaye très riche et puissante dont dépendaient les églises de Pellevoisin, Ecueillé, Luçay-le-Mâle, Faverolles, Villentrois et Lye. La Pinolière fut également le domaine du Comte de la Roche-Aymon. Cette famille est toujours propriétaire de ce lieu.
(Source : Chronique Lochoise de M. Martial Boucheron).

21/06/1716 : dans la nef de l’église de Faverolles, entre les deux piliers les plus proches de la grande porte, est inhumé Joseph d’Auvergne, écuyer, seigneur de la Pinolière.

Généalogie de Joseph d'Auvergne


La Pacaudière

La seigneurie de la Pacaudière, anciennement nommée Pagusvëer ou Paqausdiere, était mouvante de la baronnie, puis du comté et enfin du duché-pairie de Saint-Aignan en Berry, sauf la maison forte et la tour qui relevaient de la baronnie de Châteauroux pour passer le 10 avril 1440 dans le ressort du baillage de Blois.
C'était un noble fief, ayant toute justice, four banal, taille, ferrages et belles mouvances.
Les terres de Pichouët, de la Malaisée, des grand et petit Mil (Micq actuel), de la Maison-Rouge, le moulin des Bancs, le moulin du Roy (Rouet actuel) en relevaient en fiefs. Les seigneurs de la Pacaudière possédaient d’autres biens portant les noms du pré du Gué du Souverain, le champ de la croix de l'Ourelière, le pré de la Marchère, la taille de la Tremblaire, la noue de la Frottière, les prés des actes de la Maison-Rouge, le buisson de la grande Brèche, et l'Étang-Dôlent (l'étang qui gémit) qui est devenu l'Étang Bêlent ou Bélier.
D'après un contrat de rachat d'arrentement reçu par Mathieu Tuffet, tabellion à Faverolles, en 1436, la Pacaudière consistait en maison forte et grosse tour, plus en vastes communs et bâtiments, clos de grands murs.

En 1598, apparaît pour la première fois le nom de Raoul d'Auvergne, dont la descendance possédera la seigneurie de la Pacaudière jusqu'en 1771. Cette famille possédait aussi des biens à la Pinolière, la Grossinière, à Meusnes et à Villentrois. Après les d’Auvergne, il passa à la famille Haincques jusqu’en 1850. Il fut alors acheté par M. Ernest-François-Joseph Deusy, ancien député et maire d'Arras, premier vice-président du conseil général du Pas-de-Calais, membre du conseil des agriculteurs de France, membre perpétuel de la société royale d'agriculture d'Angleterre, et par madame Henriette Dufour, son épouse. Le château est alors en partie réédifié suivant le style de Louis XII. Puis il appartint à M. Viennot, bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale.

(Source en partie : CHRONIQUE DE FAVEROLLES-EN-BERRY PAR JEHAN D'ORFOND et MICHEL D'HAPPLINCOURT)

Généalogie de Joseph d'Auvergne La Pacaudière


Certains membres de cette famille noble ont été inhumés dans l’église de Faverolles :

  • 3/10/1724 : dans la nef, le corps de Florimond Antoine d’Auvergne, sieur de la Pacaudière
  • 10/5/1736 : dans l’église, le corps de Anne Humery, veuve d’Antoine Florimond d’Auvergne
  • 3/4/1751 : entre les deux piliers de la nef, du côté de la chapelle de Saint-Jean, le corps de messire Hyacinthe de Boislinard, sieur de la Pacaudière et du Petit Breuil, époux de dame Anne Dorothée d’Auvergne
  • 26/2/1754 : dans l’église, le corps de Dame Anne Dorothée d’Auvergne, veuve de M. Boislinard, épouse de M. de Senneville

La Châtaignière

Cette maison bourgeoise, entourée de larges fossés remplis d’eau, est habitée, en 1613, par Antoine de Préville, seigneur de la Roche et de la Chatinière, époux de Catherine Rossignol. Elle passe ensuite aux familles de Bonnafau, d’Autay, à M. Ciret, à M. Gaultier puis à sa fille, veuve Brisset, qui y demeura jusqu’à son décès en 1872. Vint après, Mr Alfred Ledoux gendre de Madame Brisset. Le château a été réédifié en partie selon le style de Louis XII.

Généalogie de Bonnafau La Châtaignière
Généalogie d'Autay La Châtaignière

Le Breuil

Autrefois, le Grand et le Petit Breuil appartenaient aux de Marolles, du Breuil, de Baraudin, de Boislinard, de Jarnage puis, plus tard à M. Rullière, à M. le Baron de Boisrouvray et M. Galland. Le château possédait une chapelle dédiée à Sainte-Anne dont il n’existe plus aucune trace. Benjamin Rabier meurt au Breuil, le 10 octobre 1939.

24/6/1731, dans la nef de l’église de Faverolles, à l’issue des marches du chœur, est inhumée Jeanne Gerbault, veuve de François de Jarnage (sieur des Aubruns), et sœur du curé de l’époque : H. Gerbault.

Généalogie de Jarnage le Breuil
Généalogie du Breuil le Breuil
Généalogie de Marolles le Breuil
Généalogie de Renaud le Breuil
Généalogie de Ruillère


Les Roches

Cette ancienne demeure relevant de Langé appartenait à la famille d’Autay qui s’est éteinte au début du 20e siècle, puis à M. Ledoux.

20/5/1749, dans l’église de Faverolles, devant le crucifix, est inhumé Messire Charles d’Autay, seigneur des Roches et autres lieux, époux de Marie d’Auvergne.

Généalogie d'Autay les Roches


Les Péguets

Ils appartenaient à la famille d’Auvergne qui s’allia à celle de Boisvilliers. Louis de Boisvilliers fut le premier maire de Faverolles en 1790. Charles Rullière fut aussi propriétaire de ces lieux et maire de Faverolles durant de longues années. Après sa mort (1871), le domaine fut vendu en détail.

Généalogie de Boisvilliers les Péguets


Découvrez Faverolles en Berry et ses alentours


Infos pratiques :


Localisez Faverolles en Berry
sur Google maps

Mairie de Faverolles en Berry
2, rue de la Mairie
36360 Faverolles en Berry

Tél : 02 54 40 42 11
contact@faverollesenberry.com

Horaires d'ouverture :
Lundi, mardi, jeudi et vendredi
de 9h à 12h30
Contactez-nous